Et pour quelques dollars de plus… ils achetèrent les Jeux

Les Jeux olympiques ont des sponsors officiels qui déboursent des sommes folles pour associer leur marque à l’événement sportif le plus célèbre du monde. Pour ces JO, ils sont 11 à débourser un total de quasiment un milliard de dollars pour faire partie du saint des saints, le fameux programme TOP : Visa, Coca-Cola, Acer, Atos, Dow, GE, McDonald’s, Omega, Panasonic, P&G et Samsung.

Une petite anecdote lors de mon récent séjour aux JO à Londres. J’ai voulu acheter quelques T-shirts dans une boutique olympique. Au moment de payer, je dégaine ma MasterCard et la vendeuse me dit que « Malheureusement, seule la carte Visa est acceptée dans la boutique ». Après un premier moment d’incompréhension, je demande comment je peux payer si je n’ai qu’une MasterCard. Elle me répond qu’il va donc falloir que j’aille tirer de l’argent d’un distributeur de billets. Cette fois, j’ai eu de la chance, la solution a été rapidement trouvée car l’amie qui m’accompagnait avait une Visa et a bien voulu m’avancer l’argent. Mais si vous êtes à l’intérieur de l’un des sites olympiques, que vous n’avez plus de livres sterling sur vous et que vous n’êtes pas l’heureux détenteur d’une carte Visa, vous allez devoir attendre d’être sorti pour recommencer à manger et à boire. Peut-être que la faim et la soif vous donneront envie de remplacer votre carte actuelle par une Visa ?

Si Visa règne en maître des cartes sur ces Jeux, Coca Cola fait de même du côté des boissons non alcoolisées et ce, depuis 1928. Il y a d’ailleurs un privilège de taille pour ce partenaire historique : alors que les autres marques sont présentées par ordre alphabétique, Coca-Cola apparaît toujours en premier dans la liste des sponsors olympiques. Sebastian Coe, grand manitou de ces JO de Londres, avait d’ailleurs avoué dans une interview à la BBC qu’un spectateur portant un T-shirt Pepsi ne pourrait a priori pas entrer sur les sites olympiques. Il avait été moins lapidaire sur les Nike (concurrent d’Adidas, autre sponsor officiel), admettant qu’il ne serait pas possible de vérifier les baskets des spectateurs… Le Comité d’organisation a ensuite rectifié les propos de Coe et insisté sur le fait que les spectateurs seraient libres de porter ce qu’ils veulent mais l’information avait déjà été relayée dans le monde entier. Pas terrible pour l’esprit universel voulu par Pierre de Coubertin…

Parmi les grands sponsors, s’il est une marque qui apparaît comme réellement déplacée durant cet événement sportif, c’est bien le chimiste américain Dow Chemical. Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce nom, il s’agit d’une société américaine qui a fabriqué le fameux agent orange employé par les Américains durant la guerre du Vietnam et qui a racheté et laissé à l’abandon l’usine de Bhopal, site de la terrible catastrophe industrielle de 1984 en Inde. Dow Chemical a également été élue « deuxième entreprise la plus polluante pour ses émissions de substances toxiques ». Où est le rapport avec l’olympisme dans tout ça ?

Pour finir sur une touche positive, vous avez peut-être déjà vu cette très belle vidéo d’un tout nouveau et grand sponsor des Jeux, Procter & Gamble. Une publicité d’un des géants de l’agroalimentaire mais une publicité magnifique tout de même. Comme quoi, tout n’est pas à jeter !

La vidéo «Le plus beau métier»

Publicités

7 réflexions sur “Et pour quelques dollars de plus… ils achetèrent les Jeux

  1. Article intéressant. Petite rectification. Procter et Gamble, ce n’est pas l’agro-alimentaire…Ce sont les produits de maison: nettoyage, couches, deo, gel douche, etc. A noter aussi que Nike fait très fort en terme de campagne publicitaire olympique, même s’ils ne sont pas sponsors officiels: leurs affichages sur le thème de la GREATNESS sont partout dans le métro londonien (en particulier Oxford Circus, une destination touristique clé du centre ville).

    • Tout à fait ! P&G, c’est de l’hygiène et de la beauté ! Merci pour la rectification.
      Et la campagne Nike « Greatness » est très forte. J’ai notamment vu une vidéo avec un jeune garçon obèse qui court seul sur une route. Marquant !

      Sara

  2. Tout à fait d’accord avec l’article..il faut se garder bien sur de tout angélisme et de naiveté, mais cela ne nous dispense pas d’une réflexion sur le rôle et l’omniprésence du business.;comment ne pas s’ étonner que le CIO accepte la présence de DOW chemicals ..mais l’argent n’a pas d’odeur..
    Est ce que cela ne pose pas la question,souvent débattue, du gigantisme des JO? Que diriez vous d’un débat entre vous et les participants au blog sur la réduction du nombre des sports? Je me jette à l’eau,pourquoi ne pas supprimer le football,qui a des coupes du monde , continentales, un sport hyper médiatisé qui n’a pas besoin de l’éclairage des JO?
    C’est un exemple,il y en a d’autres,non?

  3. Coucou Marielle !! Coucou Sara !!
    Un grand bravo pour votre initiative et qui ,en plus , a déjà eu des échos intéressants. Je suis vos grapho-texto chroniques depuis une semaine et vos Regards en Coin , en « backstage » sont tout à fait judicieux. J’espère que cela vs laisse le temps de respirer le Londonien Air Olympique aussi.Je vous relaie autant que possible.
    Gros gros bisous Marielle !!
    Bises à Sara .
    René.

  4. Merci René! Sara a été à Londres au début des Jeux mais moi je suis ça de loin! Ce qui nous fait vivre et témoigner de l’événement d’une manière sans doute un peu différente qu’en direct réellement! Mais peut-être pour les prochains??

  5. Pingback: Jason et la quête de la Toison d’or | Onion Rings 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s