Comme Charlie à Roland-Garros

Après avoir passé de nombreuses années à idolâtrer la terre battue derrière votre petit écran, il arrive un jour où vous recevez enfin une place pour passer une journée en chair et en os à Roland-Garros. Si vous êtes licencié de tennis, l’obtention d’un billet est relativement simple. Si vous ne l’êtes pas, c’est que vous avez dû faire suffisamment pitié à l’un de vos amis licenciés en battant des cils, en tremblant de la lèvre inférieure, le tout en lui racontant vos anecdotes tennistiques les plus bouleversantes. L’article « Roland-Garros, la mélodie du printemps et l’école buissonnière » est d’ailleurs une version écrite et dessinée pour attendrir certaines de nos connaissances pour le tournoi de cet année (un peu tard, sans doute) et pour l’an prochain (nous avons d’ores et déjà bloqué toute la quinzaine en prévision dans notre agenda. Merciiiii).

Ticket_d.Or_Willy_Wonka_Roland-Garros

Une fois cette étape cruciale franchie, l’apparition du fameux billet d’entrée dans votre courrier vous fera le même effet que Charlie lorsqu’il a trouvé le ticket d’or pour accéder à la chocolaterie de Willy Wonka. Vous allez vous endormir chaque soir en rêvant au doux bruit de la petite balle jaune qui rebondit sur la terre ocre. Quelques jours avant le jour J, vous commencerez à ausculter la météo avec les mêmes craintes et les mêmes prières que de futurs mariés en vue du jour de la grande fête qu’ils organisent depuis un an. Le matin même, vous prendrez le métro le cœur battant et arriverez enfin à l’entrée du stade.

À la porte d’Auteuil, Roland-Garros sera à la fois très familier grâce à vos souvenirs de téléspectateur et complètement différent de ce que vous imaginiez. Vous pensiez être un peu VIP ? Vous n’êtes qu’un parmi des milliers de spectateurs venus ce jour-là du monde entier. Un peu comme la montée des marches à Cannes, vous partagerez votre privilège avec une foule d’inconnus. Vous vous sentirez comme un autre Charlie, cette fois. Celui qu’il faut retrouver parmi toutes les têtes présentes.

Looking_for_charlie_tribune_public_Roland-Garros

Selon que vous ayez un billet pour le « Central » (rebaptisé court Philippe-Chatrier en 2001), le « Suzanne » (le court Suzanne-Lenglen, deuxième en termes de capacité) ou le court n°1, vous vous dirigerez vers « votre » court du jour. En bon fan qui se respecte, vous aurez déjà vérifié le programme de la journée sur Internet avant de venir. Si votre idole joue sur un autre cour, vous pourrez toujours tenter de supplier l’un des heureux détenteurs d’une place sur « l’autre » court pour qu’il l’échange avec vous. À Roland-Garros, tout est souvent affaire de supplication et d’attendrissement, voyez-vous.

Vous passerez également voir les matchs des courts annexes. Ne boudez pas votre plaisir, les tickets pour les trois grands courts vous ouvrent l’accès à ces petits terrains. En début de tournoi, c’est souvent là que se jouent les duels les plus passionnants. C’est aussi là que vous apprécierez les facéties des anciennes stars du tennis. C’est la face cachée de Roland, celle que vous ne voyez que quelques minutes par jour à la télévision pour la balle de match d’une rencontre d’anthologie ou un duel franco-français qui attire les foules.

Pendant les pauses, vous filerez satisfaire votre faim décuplée à force de voir les joueurs se dépenser devant vous. Frites, ravier de fraises ou vrai restaurant, faites des réserves pour tenir jusqu’au coucher du soleil. De retour à votre place, vous être fin prêt à savourer votre après-midi les fesses vissées sur votre siège. Pauvre fou, vous allez faire l’erreur fatale du débutant ne se préoccupant pas du climat une fois dans l’enceinte du stade. Le soleil, même caché derrière les nuages, tape fort sur le spectateur béat qui passe la journée assis en plein air à tourner la tête de gauche à droite et de droite à gauche. Prenez garde aux coups de soleil vicieux de l’ouest parisien. Quand il pleut vraiment, le terrain est couvert et le jeu arrêté. Dans ces moments-là, vous tenterez de vous mettre à l’abri mais ce ne sera pas évident puisque plusieurs milliers de personnes essaieront de faire la même chose que vous. Encore une fois, vous devrez faire pleurer dans les chaumières pour atteindre votre but et trouver un petit coin couvert à l’abri du vent. La plupart du temps, en revanche, seules quelques gouttes tomberont sur vous et le jeu continuera. Ravi que le jeu ne se soit pas arrêté, vous ne vous rendrez pas compte que vous venez d’attraper un rhume, malheureux !

Retour_metro_Roland-Garros

Après le dernier match, vous repartirez épuisé mais heureux d’avoir vécu cette journée hors du temps tellement dépendante du temps, pourtant. Et vous n’aurez qu’une seule idée en tête : revenir l’année d’après. D’ici là, peaufinez votre tactique. Parlez tennis autour de vous dès que vous pouvez trouver un lien même éloigné avec la conversation en cours, répétez à vos amis que votre seul rêve inaccessible finalement facilement accessible est un billet d’entrée pour les Internationaux de France de tennis, remémorez-vous l’œil légèrement embué le plus beau jour de votre vie… votre journée à Roland-Garros en 2010. Ça devrait finir par marcher.

Publicités

4 réflexions sur “Comme Charlie à Roland-Garros

  1. Oui c’est encore moi ! 0:-)
    Je suis devenue fan de votre blog je crois ! Et surtout des illustrations qui sont magnifiques et qui ajoutent un surplus de charme à vos article ! Je me suis abonnée et je suivrai avec attention les prochains articles !

    N’hésite pas à venir sur mon blog : petitchelem.wordpress.com
    (Nouvel article : Portrait de « la joueuse » du top 20)
    Twitter : https://twitter.com/Petit_Chelem

    • Nous sommes ravies que notre blog vous plaise ! Nous essayons de raconter nos plaisirs sportifs en textes et dessins. Notre façon à nous d’apporter notre petite touche. À bientôt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s