Norway ? No way !

Si on vous avait demandé quel est le pays le plus médaillé de l’histoire des Jeux d’hiver, il n’est pas certain que vous auriez spontanément répondu « la Norvège, évidemment ! ». Pourtant, quand on y réfléchit, cela n’est pas étonnant. Déjà parce que c’est le pays d’Edvard Munch. Cela n’a bien sûr aucun rapport avec le niveau sportif mais ça ne fait pas de mal. Surtout, la Norvège est régulièrement classée pays le plus démocratique, le plus pacifique ou encore avec le meilleur indice de développement humain. En gros, ça a l’air d’être un pays plutôt sympathique, même si la démocratie et le pacifisme n’ont jamais été des critères pour gagner des médailles. Là où ça devient plus concret, c’est que le royaume des fjords est clairement le cadre idéal pour s’entraîner aux sports d’hiver. Et il est évident que les Norvégiens démontrent depuis les premiers JO d’hiver de Chamonix de 1924 un réel don pour la plupart des épreuves au programme. Le ski de fond, le patinage de vitesse, le combiné nordique, le saut à ski et le ski alpin sont des sports rois chez eux et leur ont rapporté un maximum de breloques.

OR14_Medailles_NORVEGE_JO_SOCHI

En 1952, la Norvège termine première du classement des médailles lors des JO qu’elle organise à Oslo. Dans les calculs olympiques, ce sont les médailles d’or qui comptent d’abord. Si deux pays sont à égalité, on compare ensuite leurs médailles d’argent puis éventuellement celles de bronze. La Norvège est donc le pays qui a gagné le plus de médailles d’or en 1952 à Oslo. Vous allez dire que c’est normal quand un pays accueille les Jeux mais sachez que cela ne s’est plus reproduit jusqu’à Vancouver en 2010. En 1994, la Norvège brille encore en terminant deuxième nation participante en termes de médailles d’or et première au total du nombre de médailles lors des JO dont elle est l’hôte à Lillehammer. En parlant de cette petite ville du comté d’Oppland, faisons une rapide digression dans l’univers des séries : la savoureuse coproduction américano-norvégienne « Lillyhammer » raconte les hilarantes tribulations d’un mafieux italo-américain qui tente de refaire sa vie dans la jolie bourgade de Lillehammer. Au détour d’un épisode, vous y apercevrez même la piste de saut à ski des JO ! Retour à nos moutons olympiques. En 1994 à Lillehammer, la Norvège termine donc deuxième, tout comme quatre ans plus tard à Nagano. Et elle s’était déjà bien préparée en 1992 à Albertville puisqu’elle avait fini troisième. Une époque dorée pour le sport norvégien.

OR14_Serie_Lilyhammer_JO_Sochi

Vous connaissez certainement – de nom, au moins – plusieurs grands champions norvégiens. Tout d’abord, la légende absolue du ski de fond, Bjorn Daehlie, qui a remporté 8 médailles d’or olympiques durant les années 1990. Il y a aussi le skieur alpin Kjetil André Aaamodt, qui a la particularité d’avoir été le plus jeune champion olympique de Super-G à Albertville à l’âge de 20 ans mais aussi le plus vieux puisqu’il a remporté la même épreuve à Turin à 34 ans. Autre monstre sacré mais toujours en activité : le biathlète Ole Einar Bjorndalen. Il a 7 titres olympiques (le dernier ayant été remporté à Sotchi le 8 février à l’âge de 40 ans), ce qui est déjà énorme, mais il a lui aussi une spécificité : il est tout simplement le sportif le plus titré de l’histoire des sports d’hiver. Pas mal, hein ?

OR14_Tora_BERGER_JO_SOCHI

Heureusement, il n’y a pas que des hommes au pays de A-ha. Tora Berger, qui a été à Vancouver en 2010 la première Norvégienne à remporter une médaille d’or en biathlon, sera une des championnes à suivre à Sotchi. Elle espère y terminer en apothéose sa phénoménale carrière. On lui souhaite de réussir son pari et de rapporter un métal doré dans l’escarcelle de son pays. Si la Norvège aura fort à faire avec les Russes, les Allemands, les Américains, les Canadiens ou encore les Autrichiens, il ne faut jamais sous-estimer les descendants des Vikings quand il s’agit de conquêtes en territoires hostiles.

Publicités

6 réflexions sur “Norway ? No way !

  1. supers dessins, superbe article, je n’ai pas reconnu les personnages illustrés mais c’est ma grande lacune de sport et séries télévisées combinés que je comble avec votre blog. Merci les onionrings.

  2. Pingback: La boule de cristal a parlé | Onion Rings 2012

  3. Pingback: Sotchi 2014 : La boule de cristal a parlé - beIN SPORTS Your Zone - Partagez votre passion et votre expertise du sport

  4. Pingback: Garmisch-Partenkirchen, la fausse parenthèse enchantée | Onion Rings 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s